A la découverte des projets de cohésion sociale en milieu urbain #3

Chaque semaine, retrouvez sur ge.ch une sélection hebdomadaire de trois projets

Dans un objectif de lutter contre l’isolement, (re)développer les liens sociaux dans les quartiers et prévenir les inégalités territoriales, le département de la cohésion sociale (DCS) a souhaité encourager la mise en place d’actions de solidarité et de vivre-ensemble, notamment dans les quartiers plus précarisés du canton, d’après le rapport du Centre d’analyse territoriale des inégalités (CATI-GE) de janvier 2020.

Un appel à projets a été lancé en mars à l’intention des communes genevoises.  L’idée: financer et promouvoir des projets s’inscrivant dans les thématiques de la culture, du sport et/ou de l’action sociale et qui visent à renforcer la cohésion sociale en milieu urbain, après une année marquée par l’annulation de nombreux événements et activités qui rassemblent la population.

Au final, un jury composé d’expert-e-s internes et externes à l’administration a retenu 12 projets, qui auront lieu dans 11 communes.

Les projets sélectionnés

BernexContrechamps dans l’Jardin et l’Salon
HermanceExpo Photo sur les Quais d’Hermance
Grand-SaconnexL’été au Pommier 
ThônexUn terrain d’aventures à Curé-Desclouds 
VernierVivre ensemble à Gordon-Bennett
VersoixDispositif “Place aux jeunes”
PuplingeDe la distance sociale aux liens intergénérationnels
Lancy (1)Vivre ensemble et espace public au square Clair-Matin
Lancy (2)Projet Palettes
MeyrinBien-être et cohésion sociale à Meyrin
Ville de GenèveFondation Cap Loisirs – Le lundi on s’invite chez nos voisins
OnexFerme urbaine
Vernier: Vivre ensemble à Gordon-Bennett

Vous connaissez déjà le nouveau quartier verniolan de Gordon-Bennett ? Dans tous les cas, la démarche de ce projet vous intéressera. Ce magnifique nouvel espace de vie comporte, actuellement, une problématique en termes de nuisances sonores liée à son bâti très minéral. Face à cela, la ville de Vernier souhaite favoriser le dialogue entre les usagers et usagères du quartier qui mèneront à des interventions permettant d’améliorer la qualité de vie et la cohésion sociale.

Basé sur le principe de mixité sociale avec environ un tiers d’appartements à loyer modéré, un tiers de loyers libres, un tiers de propriétaires et un immeuble composé exclusivement de bureaux, les enjeux de ce nouveau quartier sont multiples. Afin de créer une dynamique positive dans ce lieu de vie, dans l’intérêt et le respect de tous et toutes, la ville de Vernier a eu la bonne idée d’investir dans un projet pour favoriser le vivre-ensemble.

A ce titre, le projet prévoit d’établir un diagnostic de quartier pour y prendre la température. Dans l’enchainement, le but est de développer un processus participatif pour favoriser l’ouverture et l’inclusion au sein de cet espace urbain. In fine, l’objectif est de créer un collectif pour favoriser de manière durable l’appropriation du quartier par ses habitant.e.s, commerçant.e.s, usagers et usagères.

Lieu du projet : quartier Gordon-Bennett

Période du projet (estimée*) : de juin à décembre 2021

Entités participantes : associations et collectifs du quartier, conciergerie, régies, Maison de quartier des Libellules, FASe, Ville de Vernier.

Montant du soutien : CHF 15’000.-

Plus d’informations : scs@vernier.ch

Le petit +: Pour créer ce cercle vertueux, l’administration communale prévoit également d’inclure au projet le tissu associatif déjà existant ainsi que les travailleurs sociaux hors murs qui sont au contact quotidien avec la population. Une réelle plus-value pour garantir la mise en œuvre d’un projet dans une perspective d’inclusion de tous les acteurs et toutes les actrices.

Onex: Ferme urbaine

La ville d’Onex l’explique très clairement: «Onex est une commune où plus d’un quart des résident.e.s est économiquement défavorisé et donc susceptible de faire des choix alimentaires malsains et non durables pour des raisons économiques.»

Ancrer au niveau du territoire communal des principes forts qu’on retrouve aussi bien dans le Concept cantonal du développement durable 2030 que dans le Plan cantonal de promotion de la santé et de prévention 2019-2023: le projet de ferme urbaine concrétise à la perfection les axes de la Vision stratégique 2030 du canton de Genève pour un développement durable. La question de l’alimentation est en effet identifiée comme un enjeu essentiel du développement durable, mais également de la cohésion sociale. Que ce soit dans les domaines des modes de production et de consommation, du développement territorial, des ressources naturelles ou de la santé de la population, le droit à une alimentation saine apparaît comme un objectif clé. Pourtant, la dimension économique de l’accès à l’alimentation saine et locale est trop souvent mise de côté.

Devant ce constat, la ville d’Onex avait à cœur de développer une ferme urbaine au cœur du territoire de la commune. De ce point central, à la fois lieu de production, de vente de produits alimentaires de proximité et avec une logistique “zéro déchets”, se déploieront des actions ciblées autour de la problématique de l’alimentation. Cette ferme urbaine sera utile à la réalisation de nombre d’objectifs de prévention sociale, de promotion de la santé et de développement durable. Et bien sûr, cette ferme urbaine constituera un lieu permettant de pallier la fragilité des ressources de la partie économiquement vulnérable des habitant.e.s de la commune.

Lieu du projet : Morillon-Parc, au cœur de la commune d’Onex

Période du projet (estimée*) : conception du projet à partir de l’été 2021

Entités participantes : ville d’Onex, association MA-Terre, OPAGe, Projet micro-territoires Onex (DT)

Montant du soutien : CHF 35’000.-

Plus d’informations : mairie@onex.ch

Le petit +: En plus d’être – assez logiquement – un lieu de production et de vente, la ferme urbaine sera aussi un lieu de formation et d’insertion professionnelle. Elle accueillera des personnes en formation ou en réinsertion professionnelle dans les domaines de la production agricole, de la logistique ou encore du commerce de détail.

Ville de GenèveLe lundi on s’invite chez nos voisins !

La crise sanitaire nous a montré que l’isolement social a été l’un des problèmes majeurs de cette pandémie. A ce titre, les personnes autonomes atteintes de légères déficiences intellectuelles, vivant seules en appartement, ont été particulièrement touchées. Alors qu’à l’accoutumée ces personnes travaillent et participent à de nombreuses activités, l’arrêt ou le ralentissement de ces occupations les ont particulièrement affectées.

La bonne nouvelle ? Grâce au projet de Cap Loisirs cette population va pouvoir s’adonner à de nouvelles activités inédites ! En effet, la fondation va organiser des rencontres “after-work“ avec des artisan.e.s et des artistes des quartiers de la Jonction, du Vélodrome, du Village-Suisse, du Quai du Rhône et de Sainte-Clotilde (tous identifiés comme prioritaires par le rapport du CATI-GE). Le principe est simple, chaque premier lundi du mois, un acteur du quartier présente pendant environ une heure son activité à un groupe de participant.e.s de la fondation Cap Loisirs. Le début de soirée se poursuit par un moment d’échange autour d’un apéritif convivial pour faire plus ample connaissance.

C’est un projet aux multiples facettes, puisqu’il permet de recréer le tissu social des participant.e.s, de leur faire découvrir de nouvelles pratiques, de mieux connaître leur environnement de vie et le tout, au profit du développement d’une cohésion sociale pour tous et toutes !

Lieu du projet : quartier de la Jonction et de Sainte-Clotilde

Période du projet (estimée*) : le 6 septembre, 4 octobre, 1er novembre et 6 décembre 2021

Entités participantes : Cap Loisirs, association “60×60“, association “Le vélodrome“, Maison de quartier de la Jonction (MQJ), atelier XÃ

Montant du soutien : CHF 2’500.-

Plus d’information : caploisirs@caploisirs.ch

Le petit plus : Pour l’instant le projet prévoit quatre dates, mais l’ambition de Cap Loisirs va plus loin puisque l’institution cherche à créer des partenariats à double sens afin de développer sur le plus long terme leur implication en Ville, notamment grâce au Collectif Cap, composé de participant.e.s de Cap loisirs et d’artistes professionnel.le.s.

*Les dates sont fonction de l’évolution de la situation sanitaire et des possibilités de réalisation dans les délais voulus par les porteurs du projet

Pour continuer:
Retrouvez la première sélection de projets 
Découvrez la deuxième sélection de projets