Mairie & bâtiments communaux sans fumée

Dès le 1er juin 2006, le Conseil administratif a décidé que l’ensemble des bâtiments communaux soient désormais sans fumée.

Cette décision se base tout d’abord sur la volonté du Conseil administratif de mettre en place une politique de gestion promotionnelle de la santé.


Actuellement la mise en place d’une telle politique s’appuie sur 4 bases :

 

promeut les actions mettant l’accent sur le travail en réseau des différents professionnels de la prévention, sur l’information à la population des risques du tabagisme passif et actif, la protection des travailleurs soumis à la fumée passive et l’information aux fumeurs des différentes possibilités de sevrage.

 

Cette réglementation visant la prévention de la santé de nos collaborateurs, l’ensemble des lieux, y compris les véhicules communaux, est soumis à cette interdiction de fumer. Cependant, les lieux publics, tels que les restaurants et/ou buvette se trouvant dans nos bâtiments ne seront provisoirement exempts de cette décision.

 

Depuis l’exécution de cette décision, différents services communaux se sont organisés. Au centre d’entretien, certains ont organisé un petit abri avec une table et des plantes. A la Mairie, on peut désormais se rendre dans la cour par le foyer où des cendriers sont installés.


Personnellement, je n’ai jamais fumé (même essayé d’ailleurs) et je suis interpellé par certains fumeurs pour me reprocher une politique dure en matière de fumée. La notion de santé publique prime avant tout et les récentes études démontrent la nécessité d’être extrêmement clair. Et puis, certains me glissent discrètement que depuis que cette mesure est en vigueur, ils fument moins !


A celles et ceux qui me disent encore que cette décision est un non-sens et que des collaboratrices et des collaborateurs devront aller fumer dehors en plein hiver, je leur réponds sans difficulté que les canadiens sont obligés de le faire depuis de nombreuses années … personne n’est mort de froid, à cause du tabac sûrement …