Inauguration du Triporteur de la Fondation Cérébral et de Genèveroule: Ouvrons la mobilité douce à toutes et tous !

Crédits photos: Anne Colliard

Il y a deux manières de concevoir une société. On la fragmente… ou on l’unifie. On crée des catégories… ou on refuse les cloisons.

Vous le savez, j’ai tranché depuis longtemps. L’essence, le fondement même de mon action, comme travailleur social d’abord, puis comme conseiller administratif, comme maire et à présent comme conseiller d’Etat, mon moteur (électrique…), c’est la cohésion sociale.

La cohésion, c’est ce qui unit. C’est ce qui agrège. C’est ce qui crée du lien. La cohésion, clairement, c’est le contraire du cloisonnement.

Une société n’est pas faite pour dresser des murs. Quand elle en élève, c’est qu’elle a déjà perdu. Eh bien aujourd’hui, cher.e.s ami.e.s, nous sommes là pour ouvrir le champ. Au-delà de l’engin – le triporteur que nous inaugurons – il y a une symbolique et il y a un message.

Ce triporteur en effet nous porte vers l’insertion et vers l’intégration. En cela, le partenariat de Genèveroule et de Cerebral Genève est productif à plus d’un titre.

Insertion, parce que Genèveroule travaille avec des personnes que la société n’a pas favorisées, et qui trouvent dans l’association des motivations, une ambition et une attention nouvelles.

Intégration, parce que la fondation Cérébral, parmi d’autres engagements, veille à ce que les personnes en situation de handicap participent pleinement à la vie de la société et aussi que, à l’inverse, la société participe pleinement à leur vie.

L’intérêt de ce triporteur, c’est que les personnes handicapées ne seront plus cachées dans la circulation. La mobilité douce leur est ouverte comme à tout le monde. La visibilité est un droit, et c’est aussi un enjeu. Le minibus, c’est bien pratique mais cela cloisonne Tandis que le triporteur est ouvert et donne, ainsi, une dimension nouvelle à l’équité de traitement.

La fondation Cérébral a équipé d’autres villes de triporteurs tels que celui-ci. Ils sont appelés à se multiplier. Je suis heureux que Genève en bénéficie désormais aussi.

Ce qui commence ici, aujourd’hui, Mesdames et Messieurs, c’est un chemin vers la banalité. Voilà l’objectif. D’autres modèles peut-être rouleront aussi. Tant mieux. Avec toujours un même élan vers le respect, le partage, l’intelligence et le service aux autres.

Ainsi, aux vertus d’insertion et d’intégration déjà évoquées, j’ajouterai une autre vertu: la dimension civique du triporteur. Ce n’est pas un engin de transport. C’est un drapeau.

Je lui souhaite un long avenir, une multiplication heureuse, et je réitère mes remerciements à Genève roule et à Cérébral.