40 ans de l’école du Lignon : mon discours

Madame la Conseillère administrative,
Monsieur le directeur des ressources financières de l’enseignement primaire,
Madame l’inspectrice scolaire,
Chers parents,
Chers enfants,
Chers ami-e-s,

L’école du Lignon fête aujourd’hui ses 40 ans. Cette date est particulièrement importante pour l’histoire de la cité et de la commune de Vernier. Alors que Vernier ne comptait que 8300 habitants, l’arrivée de cette cité, suivie rapidement de celle des Avanchets, va apporter des changements majeurs dans la vie communale.

 

En 1966, il y a tout juste 40 ans, parmi tant d’autres événements, souvenons-nous  :

  • Ce domaine fut primitivement appelé Gourbattes, puis Grebattes du nom du nant qui le traversait. En 1791, Francis d’Ivernois acquit cette campagne et lui donna le nom du Lignon, en souvenir du roman pastoral "L’Astrée" d’Honoré d’Urfé, qui évoque le Lignon, petite rivière du Forez (France). C’est en 1962 que l’Etat décida de construire, sur le domaine agricole du Lignon, d’une superficie de 360 000 m2, une nouvelle cité aux lignes futuristes. De loin, on aperçoit ses deux tours de 26 et 30 étages, ainsi que la façade de l’immeuble aux lignes brisées, d’une longueur de 1 060mètres, immeuble unique en Europe. Avec ses 2 780 logements, la cité abrite environ 6 500 habitants de toutes nationalités. 

 

  • Pour rester dans l’actualité … Lors de la Coupe du Monde defootball se déroulant en Angleterre, l’Angleterre bat la RFA par 4 à 2 après tirsaux buts. Il faut croire que les pays hôtes ont plus de chance de gagner…espérons que ce sera le cas en 2008 pour l’euro !

 

Cet anniversaire nous rappelle que malgré les apparences, la cité du Lignon a une histoire, que ses habitantes et ses habitants partagent et dont ils peuvent être fiers.

 

Nul besoin de rappeler qu’à l’époque, ni internet, ni la télévision couleur, ni les téléphones portables ne venaient troubler la « studieuse » vie de nos chères têtes blondes !

 

Nos sociétés ont donc changé, mais la place de l’école est restée la même : une réelle priorité de nos collectivités publiques. L’éducation, la socialisation, le savoir sont les fondements de cette institution qui s’est avérée en 1966 dans ce nouveau quartier du Lignon aussi importante que les routes qui le reliait à la Ville, et que l’eau ou l’électricité dont avaient besoin les habitantes et les habitants. (bla bla sur l’importance de l’éducation dans sociétés)

 

Plus qu’un lieu d’apprentissage, une école est un lieu de rencontres, un lieu de vie. Le rythme des écoles fixe le rythme d’un quartier, d’un village ou d’une ville. Les parents se rencontrent, se connaissent, se rassurent. Les enfants se disputent parfois, s’amusent et apprennent ensemble ! Comment ne pas se rendre compte alors des bienfaits de l’école sur le fameux « mieux-vivre ensemble » ?

 

Le mieux vivre ensemble ne peut être décrété par qui que se soit, il naît de la volonté de toutes et de tous d’améliorer la qualité de vie, les rapports humains, le respect (car le respect, ça change la vie !!!), la solidarité.

 

Le Lignon a par ailleurs trouvé une méthode qui pour le moment lui va très bien : le contrat de quartier, la volonté de mettre en relation les énergies positives, celles et ceux qui ont des projets, des idées,

 

Je veux donc encourager l’école d’être toujours et encore dans le cœur de ce qui fait la cité : l’Etre Humain, les votations de septembre en cela sont capitaux ! Nous ne devons pas fabriquer une école qui exclue, mais une école qui aide à grandir.

 

Pour conclure ces quelques mots, permettez-moi d’adresser les plus vives félicitations des Autorités communales à toutes celles et à tous ceux qui ont œuvré et qui oeuvreront tout le week-end pour nous offrir une fantastique manifestation : ce sera bien sûr la fête de l’école du Lignon, mais également celle du quartier et celle de la musique.

 

Je souhaite encore adresser mes chaleureux remerciements :

 

  • – Auxmaîtresses et aux maîtres qui se sont mobilisés sans relâche pour faireque cette fête soit à tout jamais dans les esprits des enfants et desparents. Ils n’ont pas compté leur énergie et leur temps.

  • – Merci égalementà l’ensemble des partenaires et des acteurs. De citer une liste tropprécise ne ferait que de souligner un oubli. Merci à toutes et à tous.

 

  • – Auxmembres du contrat de quartier : les citoyennes et les citoyens, lesinstitutions, qui fourmillent d’idées

 

  • – Bénévoles :incroyable mobilisation, donner de son temps est une chose rare etprécieuse avec un seul but : le bien commun, le mieux vivre dont jeparlais tout à l’heure.

 

  • – Unclin d’œil tout particulier aux collaboratrices et aux collaborateurs ducentre d’entretien, les services de la voirie, de la récupération, deséquipements et des espaces verts, qui œuvre dans l’ombre pour nouspermettre de concrétiser nos idées. Savez-vous par exemple que pour amenerle matériel, il a fallu plus de 60 voyages entre le CEV et le Lignon. Ilsont monté et vont démonter le matériel mis à disposition en temps et enheure. Bravo à eux !

 

 

 

Les enfants, les parents, les citoyennes et les citoyens : retenez de mon discours qu’une seule chose : ce n’est pas en cherchant le bonheur qu’on le trouve, c’est en le donnant.

 

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une très très belle fête. Vive Le Lignon ! Vive Vernier !