“Avant demain” à Versoix: “L’art et la culture ont toute leur place en dehors du centre-ville”

Extrait du discours réalisé lors de l’inauguration de l’exposition « Avant demain », le samedi 10 octobre, à Boléro, Versoix

L’exposition «Avant demain» est une proposition en deux volets, conçue par Karine Tissot, lauréate de la Bourse pour un commissariat d’exposition à partir des œuvres de la collection du Fonds cantonal d’art contemporain.

Le département de la cohésion sociale est particulièrement heureux du partenariat établi pour la circonstance, qui est le premier entre le canton et une commune pour diffuser la collection du Fonds cantonal d’art contemporain sur tout le territoire cantonal.

En effet, le Fonds cantonal ne bénéficie d’une part pas d’un espace dédié pour présenter les œuvres de sa collection. L’équipe du Fonds cantonal est donc vouée à prospecter pour trouver des lieux qui permettent d’exposer les œuvres. Le seul événement récurrent est le Salon Art Genève, fin janvier – début février de chaque année, où le Fonds tient un stand. Un stand d’ailleurs attendu et couru des amateurs.

Pour le reste tout est à réinventer chaque année.

D’autre part, sur le plan de la politique culturelle que je mène, j’ai la volonté de faire sortir l’art de ses espaces habituels, il faut le dire souvent dans le centre-ville, et de permettre au public des communes du canton d’y avoir accès en amenant les œuvres à proximité de leur lieu de vie, dans des espaces qui leur sont familiers. Là, on ne parle pas d’amateurs, mais on parle des habitantes et des habitants. On parle d’accès à l’art. Son implantation dans l’espace, sous ses formes les plus variées, a donc vocation à s’élargir afin de toucher le plus grand nombre

C’est la raison pour laquelle nous sommes ici ce soir, avec la première exposition qui va dans ce sens. Je tiens à le souligner et à remercier la Ville de Versoix pour son accueil.

L’exposition que nous découvrons au Boléro résulte de la bourse pour un commissariat d’exposition, crée en 2013, qui est destinée aux commissaires d’exposition indépendant.e.s. Il est attendu de leur part de proposer un point de vue singulier sur la collection d’œuvres mobiles du Fonds cantonal d’art contemporain. Des œuvres d’autres provenances peuvent venir étoffer les propositions, comme c’est d’ailleurs le cas ici.

L’objectif de cette bourse est de diffuser et de valoriser la collection du Fonds cantonal, dont l’enrichissement et la gestion de la collection du canton constituent une des grandes missions, tout en soutenant les commissaires d’exposition.

En 2019, la Bourse pour un commissariat d’exposition a été attribuée à Karine Tissot, qui propose une double exposition, sur deux sites et en deux temporalités, tel un miroir, avec un volet au Château de Pentes, qui se tient actuellement et l’autre ici, à la galerie du Boléro à Versoix.

Historienne de l’art formée à l’Université de Genève, Karine Tissot a travaillé notamment au Musée d’art et d’histoire et au Musée d’art moderne et contemporain de Genève, avant de devenir la directrice du Centre d’art contemporain d’Yverdon-les-Bains, qu’elle crée en 2013. Après sept ans à la tête de cette institution, Karine Tissot est actuellement chargée des activités culturelles au CHUV à Lausanne.

«Avant demain» se saisit d’une large variété de pièces issues de la collection du Fonds cantonal, anciennes ou récentes, dans différents mediums. Des œuvres d’artistes locaux ou internationaux se rencontrent librement dans cette exposition, autour de la thématique très actuelle de l’écologie environnementale.

Pour finir, j’aimerais citer André Malraux, qui nous disait que «L’art est le plus court chemin de l’homme à l’homme».

Une œuvre réunit en effet son créateur et tous les individus qu’elle atteint, qu’elle provoque, qu’elle interroge, qu’elle émeut.

En ce sens, l’art est plus que nécessaire. Il devient essentiel. Il devient un fondement de cohésion sociale.

Cette exposition amorce une narration et un dialogue entre des œuvres pour évoquer la situation préoccupante du monde. Demain est un risque. Mais demain est porteur d’espoir.