Emotions programmées au Trèfle-Blanc

Bien plus tôt qu’on ne le pense, le Trèfle-Blanc fera partie de votre vocabulaire, à vous supporters du Genève-Servette Hockey Club (GSHC). La nouvelle patinoire qui doit y être construite d’ici 2028 a fait un immense pas en avant avec le dépôt au Grand Conseil, en août dernier, d’une demande de crédit d’étude.

Ce crédit de 11,7 millions de francs, c’est le premier coup de marteau d’une enceinte que les Genevoises et les Genevois appellent de leurs vœux depuis si longtemps. Un coup de marteau virtuel peut-être, mais essentiel. Je m’y attèle depuis mon arrivée au Conseil d’Etat, avec la détermination de construire cette nouvelle patinoire en tête de mes priorités sportives. 2028, cela peut paraître loin. Comme vous, je compte les mois qui nous séparent de l’ouverture de cette infrastructure moderne, mais je dois aussi compter avec les contraintes légales et institutionnelles d’un tel projet. Aujourd’hui déjà, nous disposons d’un plan qui ancre les grandes orientations du Trèfle-Blanc: une patinoire principale de 8’500 places; une patinoire secondaire adjacente; des surfaces d’activités de 24’000 m2 où pourront fleurir restaurants, bars, commerces ou encore espaces de loisirs; une infrastructure prévoyant également l’organisation d’autres événements sportifs (judo, tennis, handball, basketball, badminton, …).

Pour l’élite et la relève
Surtout, le Trèfle-Blanc a vocation à être un incubateur d’émotions en permettant au GSHC d’envisager durablement son avenir dans l’élite du hockey sur glace. Il est enfin temps que Genève dispose d’une enceinte à la hauteur de son équipe phare! Il est temps que les allusions entendues ces dernières années, selon lesquelles Genève serait incapable de doter son équipe d’une patinoire aux normes, soient contredites sur le papier. Au-delà du sport d’élite, la patinoire du Trèfle-Blanc doit aussi permettre (sous l’égide de l’Association Genève Futur Hockey) à la relève d’évoluer dans des infrastructures adaptées et conçues pour la formation des jeunes et des adolescent.e.s. Elle réunira donc le sport professionnel et la relève sous le même toit, offrant l’opportunité de créer de nombreuses ynergies tout en renforçant le rôle de modèle qu’endosse le sport d’élite vis-à-vis de la jeunesse.

Soucieux du défi climatique
Traité actuellement au Grand Conseil, avec très bon espoir que le crédit d’étude soit validé tout début 2022, le projet du Trèfle-Blanc se dessine depuis 2 ans grâce au concours d’une équipe de collaboratrices et de collaborateurs ainsi que de partenaires déterminé.e.s et compétent.e.s. Parmi eux, le soutien du GSHC, qui a délégué un chef de projet pour cette infrastructure, apporte une réelle plus-value dans l’avancement de la nouvelle patinoire. Enfin, construire une infrastructure sportive majeure nécessite d’inscrire celle-ci dans le contexte du défi climatique posé à notre génération. Le canton de Genève a adopté un plan climat qui vise une diminution de 60% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et la neutralité carbone au plus tard en 2050. Raison pour laquelle la réalisation de cette patinoire fera l’objet d’une évaluation et d’un suivi de durabilité dans une optique d’exemplarité. De l’empreinte carbone du projet à son isolation thermique, en passant par l’intégration de matériaux sains et écologiques, la protection solaire, la gestion des déchets ou encore l’accessibilité du bâtiment, le Trèfle-Blanc entend être à la pointe sur le plan écologique. Parce qu’en fin de compte, cette patinoire verra le jour non seulement pour vous, mais aussi et surtout pour les générations futures.

En attendant que le Trèfle-Blanc nous fasse vivre les plus belles émotions sportives, place aujourd’hui au match et en avant Genève-Servette!

Thierry Apothéloz
Conseiller d’Etat chargé de la cohésion sociale