La Culture est prête à jouer le jeu

Si on peut se réjouir des perspectives d’assouplissement des mesures sanitaires envisagées par le Conseil fédéral, il reste que, une fois encore, la Culture est la grande absente des bonnes nouvelles annoncées.

La comparaison entre les risques présentés par les activités culturelles et les autres ne tient aujourd’hui plus. Imaginer qu’on sera plus contaminé dans un théâtre ou un cinéma qu’à l’intérieur d’un commerce relève de la mauvaise foi. Les actrices et acteurs culturels, notamment dans les arts de la scène, sont parfaitement conscient.e.s des risques et sont prêt.e.s à tous les sacrifices nécessaires – après tous ceux déjà consentis – pour mettre en place les mesures les plus drastiques pour veiller à la sécurité de toutes et tous. Je leur fais entièrement confiance à ce sujet. Les temporalités d’ouverture progressive des lieux de culture existent, en parfaite considération des enjeux sanitaires. La Culture est prête à jouer le jeu. On peut être moins nombreuses et nombreux dans un théâtre, un musée, un cinéma, une bibliothèque. C’est une question de volonté politique.

C’est la raison pour laquelle, à titre personnel, je plaide – à l’instar des préconisations de l’ensemble de mes collègues des autres cantons romands – pour une réouverture progressive et cadrée des lieux culturels dès le 1er mars prochain.