Proches aidants: aidons celles et ceux qui aident!

Discours réalisé lors de la semaine des proches aidants qui s’est tenue du 30 octobre au 4 novembre à Balexert

Donner, parfois de gré, mais souvent par obligation, du temps pour aider les siens, voilà un phénomène qui ne date pas d’hier. Il fût un temps où cela était la norme et où les solidarités familiales jouaient le rôle que l’Etat social joue, plus ou moins bien, aujourd’hui. L’évolution de nos sociétés, dont l’une des principales caractéristiques est l’obligation pour les ménages de cumuler plusieurs revenus, fait que la problématique des proches aidants a pris ces dernières années une importance croissante dans les préoccupations des politiques. Ce d’autant que, avec le vieillissement programmé de notre population, ce phénomène est amené à s’amplifier considérablement dans le futur.

Les Communes et le Canton se soient alliés cette année à l’occasion de la Semaine des proche aidants pour sensibiliser le public et dégager des pistes de solution pour faire face à cette question qui nous touche presque toutes et tous.

Aider celles et ceux qui aident : voilà une problématique complexe pour laquelle, jusqu’ici, nous n’avons pas encore trouvé de solution miracle. Mais ça n’est pas pour cela qu’il faut s’empêcher de continuer à chercher ! En ceci, les Communes, de par leur rôle de proximité et de leur connaissance fine de leur population, ont évidemment un rôle de premier plan à jouer. Le Canton édictera des lois, des directives, des normes, mais sur la question des proches aidants, je suis plus que jamais convaincu que ce sont les communes qui parviendront à trouver les bons moyens pour faire face à l’amplification de ce phénomène. Je le remercie de cette campagne importante lancée aujourd’hui.

A Vernier, à l’instar de nombreuses autres communes genevoises, j’aime à croire que nous avons été pionniers dans ce domaine !

Notamment au niveau des seniors, qui constituent, comme vous le savez, la population majoritairement concernée. Depuis 2013, un réseau de bénévoles, nommé « Réseau Seniors Vernier », va à la rencontre des personnes en risque d’isolement, et leur proposent des activités, des sorties et un soutien.

Et, depuis cette année, nous avons mis sur pied un programme spécifique – baptisé Seniors + – qui fait intervenir des travailleurs sociaux spécialisés directement à domicile, pour soulager tant les seniors que leur entourage.

Un projet qui vient de démarrer et qui montre déjà combien la demande est forte. Il s’agit-là d’un projet-pilote, qui sera évalué comme tel d’ici deux ans. C’est un outil de plus que se donne Vernier pour lutter contre l’isolement de nos Seniors, celles et ceux qui ont tant donné à notre société.

Aller plus loin

Demain, cependant, il nous faudra aller plus loin. Et je me réjouis de constater que le canton de Genève se trouve sur la même longueur d’onde que nous. Je me réjouis de collaborer pour pouvoir partager nos expériences et faire de la problématique des proches aidants une question politique traitée avec l’importance qu’elle mérite. Le chemin est encore long, mais je pense que nous sommes sur la bonne voie.

La semaine de mobilisation et de sensibilisation à la question des proches aidants est le type de démarche qui va dans le bon sens. J’en profite pour remercier toutes celles et tous ceux qui l’ont rendu possible : en premier lieu Madame Véronique PETOUD, Directrice du réseau de soins, qui a porté ce projet avec la Délégation aux seniors de Vernier, ainsi qu’avec Monsieur Stéphane BIRCHMEIER, de la Ville de Genève, et Madame Christine LUZZATO, de Meyrin. J’adresse également mes chaleureux remerciements à Balexert, qui nous a mis gracieusement à disposition cet espace, qui offrira un maximum de visibilité à cette semaine des proches aidants.

Un dernier mot pour remercier du fond du cœur toutes celles et tous ceux qui, dans leur quotidien, souvent, donnent – ou doivent donner – de leur temps pour soutenir et aider leurs proches. Je pense à Angela, à François, Micheline ou Etienne, qui sont des habitant-e-s de Vernier, que je connais personnellement, et dont je salue l’engagement quotidien.Tâche noble, souvent difficile, qui a des impacts considérables sur nos vies professionnelles et nos vies privées.

Aider celles et ceux qui aident : voilà pour moi l’un des principaux défis de l’avenir.

Et vous pouvez, en cela, compter sur mon indéfectible soutien !

Laissez un commentaire